Sh2-216

Sh2-216
Image illustrative de l’article Sh2-216
Sh2-216
Données d’observation
(Époque J2000)
Constellation 22 Persée
Ascension droite (α) 04h 43m 21s
Déclinaison (δ) +46° 42′ 06″
Coordonnées galactiques l = 158,5°; b = +00,5°
Magnitude apparente (V) -
Dimensions apparentes (V) 100' x 100'

Localisation dans la constellation : Persée

(Voir situation dans la constellation : Persée)
Perseus IAU.svg
Astrométrie
Distance 421 al
(129,1 pc)
Caractéristiques physiques
Type d'objet Nébuleuse planétaire
Dimensions ∼9,1 a.l. (∼2,79 pc)
Découverte
Désignation(s) Sh2-216, LBN 744
Liste des nébuleuses planétaires
modifier Consultez la documentation du modèle

Sh2-216 est une nébuleuse planétaire visible dans la constellation de Persée.

Elle est située dans la partie la plus orientale de la constellation, à environ 5° à l'ouest de la brillante Capella. Elle apparaît comme un filament gazeux ténu difficile à observer en raison de sa faible luminosité. Son observation nécessite des outils puissants et sensibles et dans les photos à longue exposition, elle émerge à peine du champ d'étoiles en arrière-plan. Sa déclinaison est modérément septentrionale, donc son observation est considérablement facilitée pour les observateurs placés aux latitudes boréales. Au sud de l'équateur en revanche, on ne peut l'observer facilement que jusqu'aux régions tempérées inférieures.

Avec une distance de seulement 129 parsecs (environ 420 années-lumière), c'est la nébuleuse planétaire la plus proche du système solaire. La grande dispersion de ses gaz, qui en fait aussi la plus grande nébuleuse planétaire observable dans la voûte céleste, est due au grand âge du nuage, estimé à environ 600 000 ans[1]. Elle a été initialement cataloguée comme une région H II, bien que l'étoile responsable de l'ionisation des gaz n'ait pas été identifiée. Plus tard, grâce à des études spectrométriques, l'hypothèse a été avancée que le nuage pourrait être le reste d'une ancienne nébuleuse planétaire avec un taux d'expansion extrêmement faible[2], hypothèse confirmée plus tard grâce à la découverte de l'étoile centrale, une naine blanche cataloguée comme LSV+46°21, en position décentralisée vers l'est. La température de surface de la naine blanche est comprise entre 50 000 et 90 000 Kelvin[3].

Liens externes

Notes et références

  1. R. Napiwotzki, « Spectroscopic investigation of old planetaries. IV. Model atmosphere analysis », Astronomy and Astrophysics, vol. 350,‎ , p. 101–119 (ISSN 0004-6361, lire en ligne, consulté le )
  2. R. J. Reynolds, « Fabry-Perot observations of the unusual emission-line nebula S216. », The Astrophysical Journal, vol. 288,‎ , p. 622–629 (ISSN 0004-637X, DOI 10.1086/162828, lire en ligne, consulté le )
  3. R. Napiwotzki et T. Rauch, « The Balmer line problem of hot stars and the impact of ion-dynamical effects on the Stark broadening of HI and HeII lines », Astronomy and Astrophysics, vol. 285,‎ , p. 603–608 (ISSN 0004-6361, lire en ligne, consulté le )
v · m
  • icône décorative Portail de l’astronomie