Roi des Romains

Page d’aide sur l’homonymie

Ne doit pas être confondu avec royauté romaine.

Page d’aide sur l’homonymie

Ne doit pas être confondu avec Roi de Rome.

Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus.

Cet article ne cite pas suffisamment ses sources ().

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références »

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Comment ajouter mes sources ?

Le trône de Charlemagne dans la chapelle palatine d’Aix-la-Chapelle.

Le titre de roi des Romains (en latin : rex Romanorum) fut utilisé dans le Saint-Empire romain germanique pour désigner le candidat élu au trône impérial. La désignation de « Saint-Empire romain » qui justifie ces deux titres, fait référence d’une part à l’héritage de Charlemagne qui entendait reconstituer l’Empire romain d'Occident, et d’autre part au caractère sacré de son titre impérial (imperator Romanorum) reconnu par le pape.

Histoire

Le titre de rex Romanorum, substitué[1],[2] à celui de rex Francorum[3], est apparu à l’époque de la dynastie des Ottoniens, notamment sous le règne de Henri II (1002 – 1024). Avec l’assentiment de Rome, les successeurs de la dynastie franconienne y ont fait un large recours pour faire valoir leurs droits à la dignité impériale, notamment lors de la querelle des Investitures. Le titre acquiert alors une plus grande importance, contrairement à la désignation polémique de rex Teutonicorum utilisée par la curie romaine. La réunion électorale des princes de l’Empire « romain » germanique s’assemblait régulièrement à Francfort et, pour jouir de la plénitude de sa dignité, l’empereur devait être deux fois couronné, d’abord comme « roi des Romains », généralement au palais d'Aix-la-Chapelle, l’ancienne résidence de Charlemagne, et ensuite comme roi d’Italie (rex Langobardorum) en ceignant la Couronne de fer à Pavie ; il était finalement sacré et oint empereur par le pape, en général à Rome, en commémoration du sacre de Charlemagne en 800.

La Bulle d'or de 1356 a confirmé la pratique de cette cérémonie ; néanmoins, au début des Temps modernes, les différends entre le pape Jules II et l’empereur Maximilien Ier, au XVe siècle, changèrent l'usage. Faute de pouvoir s'entendre avec le pape en raison de leurs rivalités en Italie, Maximilien se proclame « empereur élu des Romains » (clementia electus), arguant qu'il avait déjà été couronné à Aix-la-Chapelle, mais en se réservant la possibilité future d'acquérir une dignité plus haute en étant réellement couronné par un pape plus conciliant. Le titre de roi des Romains fut dès lors davantage utilisé comme équivalant à un prince héritier entre l'élection et le couronnement comme empereur. François Ier ne manqua ainsi jamais l'occasion de rappeler que la dignité impériale de son rival Charles Quint n'était qu'incomplète avant son couronnement à Bologne en le désignant comme l'« élu en empereur ». Ce fut le dernier empereur couronné par un pape et dès lors, la pratique de la formule « empereur élu » devint systématique.

Bien qu'il fallût confirmer son statut en procédant à une nouvelle élection, le roi des Romains disposait d'une autorité morale suffisante pour obtenir la couronne impériale de façon presque systématique. Pour qu'un empereur pût faire élire un roi des Romains, il fallait qu'il fût lui-même dans la plénitude de sa dignité. Les électeurs firent ainsi plusieurs fois sèchement remarquer à l'empereur Maximilien que son titre d'empereur élu n'était que pure courtoisie de leur part, qu'il n'était qu'un roi des Romains, incapable comme tel de faire accéder son fils l'archiduc Philippe le Beau puis son petit-fils l'archiduc Charles Quint à cette dignité tant que lui-même n'aurait pas été sacré dans les formes. Cette possibilité de faire élire un successeur du vivant même de l’empereur par les princes-électeurs permit aux Habsbourg de s’assurer une hérédité de fait pour la charge impériale. Après Charles Quint, du fait de la Réforme protestante, on décida néanmoins de s'abstenir de toute référence au pape.

Liste des rois des Romains

Ottoniens

  • 961-983 : Otton II, couronné roi associé à l'instigation de son père Otton Ier le Grand, empereur à partir de 973.
  • 983-1002 : Otton III, roi des Romains et roi d'Italie, empereur à partir de 996.
  • 1002-1024 : Henri II le Saint, duc de Bavière, empereur à partir de 1014.

Dynastie franconienne

Maison de Supplinbourg

Welf et Hohenstaufen

  • 1138-1152 : Conrad III de Hohenstaufen, anti-roi à Lothaire III depuis 1127, roi des Romains, roi d'Italie et roi de Bourgogne.
    • 11471150 : Henri-Bérenger, fils, duc de Franconie, parfois considéré comme roi associé sous le nom de Henri (VI).
  • 1152-1190 : Frédéric Ier Barberousse, duc de Souabe, empereur à partir de 1155.
  • 1169-1197 : Henri VI, roi d'Italie à partir de 1186, empereur à partir de 1191, roi de Sicile à partir de 1194.
    • 1196-1198 : Frédéric de Hohenstaufen dit Frédéric II, roi de Sicile, associé par son père mais remplacé par son oncle Philippe de Souabe en 1198.
  • 1198-1218 : Otton IV de Brunswick, empereur à partir de 1209, le seul souverain du Saint-Empire de la dynastie des Welf.
  • 1212-1250 : Frédéric II, roi de Sicile, empereur à partir de 1220. Élève ses fils Henri puis Conrad au titre.
    • 1220-1235 : Henri VII, fils, roi de Sicile, duc de Souabe, roi des Romains associé, déposé par son père.
    • 1246-1247 : Henri Raspe, landgrave de Thuringe, anti-roi.
  • 1237-1254 : Conrad IV de Hohenstaufen, duc de Souabe, roi de Sicile à partir de 1250.

Grand Interrègne

Habsbourg, Nassau, Luxembourg, Wittelsbach

Maison de Habsbourg

Inscription figurant sur le beffroi de Vöcklabruck datant de 1508 : MAXIMILIANUS, DEI GRATIA REX ROMANORUM (MAXIMILIEN, PAR LA GRÂCE DE DIEU ROI DES ROMAINS), surmontant les armoiries de ses possessions.
  • 1438-1439 : Albert II, duc d'Autriche, roi de Bohême, roi de Hongrie et de Croatie.
  • 1440-1493 : Frédéric IV, (archi-)duc d'Autriche, roi Lombard à partir et empereur à partir de 1455 sous le nom de Frédéric III.
  • 1486-1519 : Maximilien Ier, archiduc d'Autriche à partir de 1493, « empereur élu » à partir de 1508.
  • 1519-1556 : Charles Quint, roi de l'Espagne, archiduc d'Autriche, empereur élu » à partir de 1520, couronné par le pape en 1530.

Après Charles Quint, tous les rois des Romains accèdent en principe au trône impérial. Seuls ceux qui ont été élus rois des Romains du vivant de leur prédécesseur sont mentionnés ici. La date de fin de leur règne est celle de leur accession à l'Empire.

  • 1531-1558 : Ferdinand Ier, archiduc d'Autriche, roi de Bohême, roi de Hongrie et de Croatie.
  • 1562-1564 : Maximilien II,roi de Bohême, roi de Hongrie et de Croatie à partir de 1563.
  • 1575-1576 : Rodolphe II, roi de Bohême, roi de Hongrie et de Croatie.
  • 1636-1637 : Ferdinand III, roi de Bohême, roi de Hongrie et de Croatie.
    • 1653-1654 : Ferdinand IV, roi de Bohême, roi de Hongrie et de Croatie, ne devint pas empereur étant mort avant son père Ferdinand III.
  • 1690-1705 : Joseph Ier, roi de Hongrie et de Croatie.

Maison de Habsbourg-Lorraine

En 1806, le Saint-Empire fut dissous par l'empereur François II et le titre de roi des Romains cessa d'exister.

Divers

En Gaule, au Ve et VIe siècle, deux rois sont surnommés roi des Romains[réf. nécessaire], mais le royaume d’Orléans est conquis par Clovis en 486[pas clair] :

Dans l'Empire d'Orient (Empire romain d'Orient) dont la capitale était Constantinople on utilisait la langue grecque : pour rendre le latin imperator (empereur) on se contentait du mot basileus (roi) si bien que le monarque portait le titre de basileus tôn Rômaiôn, c'est-à-dire roi des Romains.

Napoléon fit donner à son fils par sénatus-consulte le titre de « roi de Rome ».

Bibliographie

  • Helmut Beumann, "Rex Romanorum", dans : Lexikon des Mittelalters, tome VII, Munich : LexMA-Verlag, 1995, col. 777-778 (ISBN 3-7608-8907-7).
  • H. Weisert, Der Reichstitel bis 1806, dans : Archiv für Diplomatik, Schriftgeschichte, Siegel- und Wappenkunde, tome 40, Wien : Böhlau, 1994, pp. 441–513.

Notes

  1. Matthias Schnettger, L'imperium Romanum en perspective : Les savoirs d'empire dans la République romaine et leur héritage dans l'Europe médiévale et moderne, Besançon : Institut des Sciences et Techniques de l'Antiquité, coll. « ISTA, 1302 », (www.persee.fr/doc/ista_0000-0000_2014_act_1302_1_2980), « Nostrum, nostrum est Romanum Imperium. La présence de Rome dans l'exercice du pouvoir du Saint-Empire romain germanique. », p. 341-354
  2. Jean-Marie Moeglin, Les ancêtres du prince: propagande politique et naissance d'une histoire ..., Genève, Droz, (ISBN 9782600033985).
  3. Julien Havet, Questions mérovingiennes. I. La formule : N. rex Francorum v., vol. 46, , 138-149 p. (DOI 10.3406/bec.1885.447336)

Voir aussi

Voir ce modèle.
Place dans les titres de noblesse du Saint Empire
Précédé par Suivi par
Grand-duc
Roi des Romains
Empereur du Saint-Empire
  • icône décorative Portail du Saint-Empire romain germanique
  • icône décorative Portail de la monarchie